First Lebanon - Votre portail Libanais consacré aux affaires et au tourisme
First Mediterranean Network - Réseau Méditerranéen d'Affaires
 

A
- Agences de Publicité
- Agences de Voyages
- Alimentation &

Boissons
- Appartements
meublés
- Architectes
- Architecture
Intérieure/Décoration
- Artisanat
- Assurances
- Automobile



B
- Banques
- Bijouteries

- Bureaux d'Etudes


C
- Casinos
- Commerce
- Construction /

Ingénierie
- Consultants

- Cosmétologie


D
- Décoration &
Ameublement
- Décoration Extérieure



E
- Edition
- Electroménager
- Enseignement Primaire
& Secondaire
- Enseignement Sup. /
Formation Continue
- Environnement /
Traitement Déchets
- Equipements de
Bureaux / Electronique
- Equipements d'hôtels
et de Restaurants


H
- Hôtels 3
- Hôtels 4(A)
- Hôtels 4(B)
- Hôtels 5


I
- Immobilier
- Imprimeries
- Industrie
- Informatique
- Internet



L
- Location de voitures
- Luminaires
- Luxe



M
- Médias
- Messageries Rapides
- Mode
- Montres
- Musique


P
- Patisseries
- Produits Promotionnels


R
- Recrutement
- Restaurants



S
- Sanitaires
- Santé / Beauté
- Sécurité
- Services

- Services Financiers


T

- Tapis Orientaux
- Taxi
- Télécommunication &
Téléphonie
- Traitement de l'Eau
- Transport




© ebizproduction 2006
Tel : (+961) 3 577863

Ajoutez votre société
sur ce site

 






PERSPECTIVES 2004

C'est devenu une véritable colle que cet exercice annuel, pratiqué fin décembre, de scruter l'année suivante. Et même un économiste chevronné doit se mettre en quatre. scénarios, plus ou moins, pour trouver son chemin au milieu des incertitudes. Alors que justement, les acteurs économiques ont horreur du flou.



Prévisions des Agences Internationales
Au cours des mois passés, diverses Agences Internationales spécialisées en finance, risque-pays ou prévisions économiques ont donné leurs prévisions pour l'année 2004 au Liban. En voici une petite synthèse :
Source Indicateur

Business Monitor International
PIB Nominal
18,1 Mds $


Economist Instelligence Unit
Institute of International Finance
Business Monitor International
Merrill Lynch
- Scenario Pessimiste
- Scenario Optimiste
Croissance
Réel du PIB
2,9 %
2,0 %
3,1 %

2,5 %
3,0 %

Institute of International Finance
Inflation
1,9 %

Merrill Lynch
- Scenario Pessimiste
- Scenario Optimiste
Taux d'intérêt moyen

6,1 %
5,3 %

Economist Instelligence Unit
Exportations FOB
1,3 Mds $

Economist Instelligence Unit
Importations FOB
6,3 Mds $


Institute of International Finance
Déficit de la balance
commerciale (%PIB)
24,5 %

Institute of International Finance
Dette Externe
18,5 Mds $

Institute of International Finance
Dette Externe (%PIB)
94,5 %

Institute of International Finance
Dette Publique Brute
36,2 Mds $

Business Monitor International
Dette Publiqu Nette
30,5 Mds $


Institute of International Finance
Dette Publique Brute
(%PIB)
185,3 %


Business Monitor International
Dette Publique Nette
(%PIB)
168,2 %


Institute of International Finance
Recettes Publiques
(%PIB)
24,1 %


Institute of International Finance
Dépenses Publiques
(%PIB)
39 %


Economist Instelligence Unit
Institute of International Finance
Déficit budgétaire
(%PIB)
8,5 %
14,9 %


Merrill Lynch
- Scenario Pessimiste
- Scenario Optimiste
Balance Primaire
(%PIB)

3,5 %
4,5 %


Business Monitor International
Balance Courante
(%PIB)
7,5 %

Business Monitor International
Taux de Change (LL/$)
1450



Merrill Lynch
- Scenario Pessimiste
- Scenario Optimiste
Revenus des
privatisations /
titrisations

0,6 Mds $
2,5 Mds $
 
Comment prévoir les perspectives économiques de l'année 2004 dans des conditions politiques aussi instables, tant au niveau régional que local ? Conflit israélo-arabe et Irak d'un côté et élections présidentielles de l'autre. Tiraillés comme jamais auparavant, les Libanais, perplexes, se posent des questions quant aux conditions futures de leur vie quotidienne. Une réédition de l'enjeu relationnel entre le politique et l'économique.

Bilan 2003

Les résultats déjà réalisés, ou constatés, en 2003 pèsent bien sûr sur les perspectives de 2004. De quelle façon ? À la lumière de la conférence Paris II et des engagements étatiques y relatifs, l'année 2003 a été en gros, pour le Liban, un "demi-succès", que certains n'hésitent pas à qualifier de "demi-échec".
Finalement, le scénario catastrophe annoncé en 2002 a été évité, du moins à court terme. Les indicateurs confirment une certaine amélioration au niveau des rouages de l'économie réelle. Après un tassement des taux de croissance à des niveaux planchers (entre 0 et 1,5 %) durant les trois dernières années, le taux de croissance de 2003 est censé atteindre 2,5 %, ou même 3 %. Cette amélioration s'est illustrée à divers égards :
. Hausse sensible des exportations industrielles.
. Augmentation importante du nombre de touristes et de leurs dépenses.
. Accroissement tangible du bilan consolidé des banques et notamment du total des dépôts (près de 14 % en glissement annuel sur les neuf premiers mois).
. Stabilité du taux de change de la livre libanaise, quoique à un niveau élevé malgré la baisse des taux d'intérêt.
. Et stabilité des prix à la consommation, avec un taux d'inflation de 3-4 %.

La poire en deux

Au niveau des finances publiques, ce "demi-succès/demi-échec" est retentissant. Les initiatives prises par les pays donateurs, l'Association des banques et la Banque du Liban ont permis d'alléger le service de la dette de 900 millions $, selon le gouverneur de la Banque du Liban.
Ces différentes initiatives ont dégagé, en 2003, un excédent primaire d'environ 1 000 milliards LL (au lieu des 1 400 milliards LL prévus par le projet de budget 2003). Donc des indicateurs plutôt positifs, mais qui ne doivent pas dissiper les craintes liées au taux de déficit budgétaire pour 2003, autour de 40 %, au lieu des 26 % prévus. D'autres craintes sont liées au service de la dette, qui est censé atteindre, fin 2003, quelque 4 800 milliards LL (selon le ministre des Finances) ou 4 950 milliards LL (selon le gouverneur de la BDL) contre 4 000 milliards LL prévus par le projet de budget 2003 (mais 5 800 milliards LL prévus avant la tenue de la conférence Paris II).
Donc, à ce niveau, les promesses libanaises de Paris II n'ont pas été bien respectées. Ni au niveau des privatisations, des titrisations et de la restructuration administrative. D'ailleurs, ce "demi/demi" est visible au niveau des évaluations du risque souverain publiées par les sociétés internationales de rating. La notation du risque Liban, qui s'était relativement améliorée au cours du premier trimestre 2003, a eu tendance, par la suite, à se stabiliser ou à baisser selon les différentes sources, surtout au niveau du long terme. Des milieux bancaires tendent de minimiser l'effet de telles notations, en invoquant que notre dette extérieure. n'est pas effectivement extérieure, puisqu'elle est souscrite en majorité par les banques libanaises et investisseurs arabes.

Perspectives 2004

Le défi principal consiste, en 2004, à réduire les implications économiques, financières et monétaires d'un environnement politique peu propice. En matière de taux de croissance, le Liban s'est engagé, au cours de la conférence Paris II, à réaliser un taux de 3 % en 2004. La tenue de cet engagement, antérieur à l'éclatement de la crise irakienne, dépendra :
. De la résultante des points de force et de faiblesse qui seront dégagés au niveau de l'économie réelle en 2003.
. Des répercussions de la crise irakienne sur l'ensemble des économies de la région.
L'Irak, en tant que partenaire principal de l'économie libanaise, ne pourra pas remplir sa fonction traditionnelle en 2004. De leur côté, les pays du Golfe, traumatisés par l'évolution de la situation irakienne, ne sont pas censés prendre la relève. Toutefois, du fait même de ce traumatisme, le Liban pourra éventuellement profiter d'un certain flux de capitaux provenant de ces pays, notamment sous forme d'investissements directs dans plusieurs secteurs, comme le foncier et le touristique. Ce qui constitue une tendance de fond, puisque le Liban avait déjà attiré des investissements de l'ordre de 650 millions $, en 2002, soit le n° 2 parmi les pays arabes (selon l'Institut arabe de garantie des investissements).
Cependant, les conditions actuelles de l'économie libanaise ne permettent pas de trop miser sur une relance de la croissance, étant donné la persistance des facteurs de blocage structurels : lourdeur de l'appareil étatique et administratif, faiblesse des politiques sectorielles, distorsion des structures de prix, effets pervers - du moins à court terme - du processus de libéralisation sur les secteurs de production, coût élevé des dissensions politiques.

Bonnes recettes

Mais malgré ces facteurs de blocage, le maintien et le développement de certaines initiatives gouvernementales pourront tempérer la gravité de la situation. Il s'agit spécifiquement des initiatives suivantes :
. Les lignes de crédit accordées aux secteurs productifs (bonification des taux d'intérêt par la BDL, Kafalat.).
. Le projet de modernisation industrielle lancé par l'Union européenne.
. Les projets de développement social parrainés par la Banque mondiale et l'UE.
. L'accélération du plan triennal du CDR.
. Le début de la mise en application du schéma directeur de l'aménagement du territoire.
. Et surtout le projet de rééchelonnement des mauvaises créances du secteur privé.
Ce dernier projet permettra de libérer potentiellement environ 5 milliards $, représentant le montant estimé des mauvaises créances qui concernent près de 35 000 agents économiques. Parmi ce lot, 5 à 10 000 sont censés, après avoir régularisé leur situation, emprunter à des taux relativement abordables et investir à nouveau, selon le gouverneur de la BDL. Ce qui contribuera aussi à assainir les bilans des banques et à augmenter les taux de croissance. Malheureusement, ce schéma reste tributaire de nombreux aléas tant politiques qu'économiques.

Trois dossiers prioritaires

En matière de finances publiques, la situation, telle que présentée par le projet de budget 2004, ne semble guère réjouissante. Malgré la persistance de la dynamique engendrée par Paris II et la consolidation de l'excédent primaire en 2004, le taux de déficit officiellement prévu (28 à 32 % selon les scénarios liés à la privatisation) ne paraît pas réaliste. Et l'on doit s'attendre à des niveaux nettement supérieurs comme ceci a toujours été le cas dans les exercices budgétaires antérieurs.
Trois dossiers majeurs auront un impact sur la réalisation des objectifs du projet de budget 2004 :
. Le premier dossier se réfère à l'évolution des taux d'intérêt. La BDL a bien créé une commission chargée d'étudier la structure des taux d'intérêt et de les orienter, par les mécanismes du marché, vers des niveaux propices à la croissance de l'économie. Mais une telle initiative n'est pas une garantie en elle-même. Malgré les promesses du gouverneur de la Banque centrale de baisser à 10 %, en 2004, le taux d'intérêt débiteur moyen et pondéré au secteur privé (à l'exception des crédits à la consommation). Or, une des conditions principales de la relance de l'économie et de l'allègement du service de la dette réside, sans aucun doute, dans la concrétisation de cette baisse. Et c'est là l'un des enjeux déterminants de l'année 2004.
. Le second dossier concerne l'aptitude du pouvoir d'achat des Libanais à supporter le montant - et la structure - des prélèvements fiscaux actuels. Il est vrai que le taux d'inflation est relativement faible, mais le cumul de l'inflation depuis 1997, sans aucun ajustement des salaires, a finalement érodé une bonne partie de ce pouvoir d'achat. Au cours de la période 1997-2003, les recettes publiques (y compris fiscales) sont passées d'environ 15 à 22 % du PIB, exerçant une ponction significative sur le revenu disponible des ménages. Cette même période a été marquée par un accroissement du taux de chômage (de 8 à plus de 12 %) et par l'exacerbation du phénomène de pauvreté, selon les études récemment publiées par l'Union européenne et la Banque mondiale.
. Le troisième dossier concerne l'augmentation spectaculaire de l'endettement du secteur privé. Ce secteur a de plus en plus de difficultés à supporter l'incidence fiscale ; et même si le poids de la fiscalité directe apparaît peu élevé, ce poids devient inabordable lorsqu'il s'ajoute à d'autres fiscalités (TVA, taxes et impôts indirects) et d'autres coûts (ceux des services publics).
Force est de constater qu'en moins de 10 ans, entre 1994 et 2003, l'endettement du secteur privé est passé d'environ 40 à 80 % du PIB.
Dans le meilleur des cas, l'année 2004 sera pareille à celle qui s'achève - toutes choses égales par ailleurs. Que ce soit au niveau macroéconomique ou financier. Les sociétés internationales de notation ne prévoient pas à court terme de scénarios catastrophes, étant donné les flux de capitaux qui ont été enregistrés en 2003. Ces flux ont accordé au pays un certain répit - pas plus -, en permettant la reconstitution des réserves de la BDL et la consolidation du bilan des banques. Il reste, cependant, encore beaucoup à faire.

Beyrouth,13Janvier2004
Kamal Hamdan
Le Commerce du Levant

INFORMATIONS GÉNÉRALES
& CULTURELLES
Géographie
Quelques Repères
A Voir au Liban
L'ACTUALITÉ
des AFFAIRES
Opportunités d'Affaires
Forum Professionnel
Contexte
Foires & Salons
Adresses Utiles
Taux de Change en temps réel
INFORMATIONS SUR CE SITE
Média de 1stlebanon
Impact de First Lebanon
Ajouter votre Société sur ce site
Revue de Presse
SÉLECTION
DE SITES
Vente de fleurs en ligne
Produits Libanais
Alimentation
Vin Libanais
Immobilier-Beyrouth
Hotel à Jounieh
-Liban
Hotel à Hamra
-Beyrouth
Location de voitures
Beyrouth-Liban
Centrale de réservation de voyages au Liban
Association des français de l'étranger
-section Liban
Fabricant de bijoux Liban
Fabricant de montres Suisses
Montres Suisses en diamant
Créatrice de bijoux comtemporains
Bijouterie Bizantine, bijouterie Phenicienne, bijouterie moderne
Création de bijoux
Décoration orientale, classique et moderne
Mangement construction
Developpement projets immobilier Liban
Fabricant et distributeur de chaussures
Agent exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
Développement, promotion et hébergement de sites internet
Services d'impression
Assurances Liban
Assistance voyage
Location saisonnière en France
Hotels dans toute la Syrie
Baud telecom company